N’ayez pas peur !

… Alléluia alléluia, Christ est ressuscité ! ...

Bonheur et joie de partager à nouveau avec nos frères l’Eucharistie
Curieuse impression que donnent ces premières messes retrouvées de Sainte Jeanne Delanoue.
Enfin nous sommes réunis, pour une Eucharistie tant attendue, et pourtant quelque chose freine notre élan…. Le masque entraverait il notre liberté ? non bien sûr sa nécessité ne supporte aucun doute mais … ce regard bienveillant que je ne puis identifier ?

L’assemblée des paroissiens a pu à nouveau -mais timidement- se rassembler. Il est vrai que la bonne nouvelle parvenue tardivement samedi 23mai, bien que relayée par le site Messes Info et les courriels, est arrivée un peu tard dans les foyers ! Internet est certes généralisé mais tous n’en disposent pas, ou ne sont pas connectés au bon moment !
Et pourtant, petit à petit, les assemblées se sont renforcées : le samedi 24 mai une vingtaine de paroissiens seulement à Saint-Barthélémy pour atteindre 150 personnes le dimanche de Pentecôte dans l’église de Notre-Dame-de-Nantilly.
Le père Laurent, masqué, accueille les paroissiens par un joyeux « Bienvenue à la messe masquée ! » le ton est donné. Quant au père Luc et à Jean-Marie SECHER, en dépit du confinement, ils ont réussi à monter et « orchestrer » une chorale internet d’une vingtaine de personnes avec les instrumentistes, chorale qui a interprété à l’unisson un VENI SANCTE SPIRITUS retentissant répercuté par les voûtes de Nantilly. Quel moment de choix !
Les grands espaces aérés n’ont pas gêné la prière qui s’est élevée avec le Notre Père, libre, puissante, fervente.
Cette même ferveur je l’avais ressentie à l’occasion des célébrations d’obsèques, avec des familles amputées, limitées à 20 personnes, moments privilégiés d’émotion partagée et de recueillement sincère.
Alors, MERCI aux bénévoles intervenus pour préparer et mettre en ordre de marche les églises, distribuer le gel, animer chants et lectures.
MERCI à ceux qui se sont déplacés pour que la paroisse revive ! Ce confinement nous a fait mesurer combien nous avions besoin des autres et nous n’avons pas tous été égaux face à la crise.
MERCI aux initiateurs et rédacteurs des prières « COVID 18 H  » moments de dons et de partages quelquefois sans restriction, souvent révélateurs, chargés de réflexion.

Comme en botanique, il y a peut-être plusieurs « variétés » de chrétiens, mais toutes réunies forment le peuple de Dieu -le corps du Christ- et tous, sans distinction de clochers, nous avons souffert de l’isolement et de l’absence d’Eucharistie partagée. Alors, ... ne boudons pas notre joie et n’ayons pas peur !

(Information pratique  : dans nos églises les places sont distantes d’un à deux mètres mais les couples et les familles restent ensembles)

jCt