Profession Perpétuelle

Soeur Marie-Edwige RASOAMAMPIONINA

Samedi 8 février 2020 à 10 heures, la Congrégation des sœurs de sainte Jeanne DELANOUE, (présentes en France, à Madagascar, en Indonésie, au Mali et au Niger), en la personne de Sœur Marie- Louise RAZAFY supérieure générale, accueillait dans la chapelle de la Maison Mère de Saint Hilaire Saint Florent, Monseigneur Emanuel DELMAS évêque d’Angers venu présider la Profession perpétuelle de sœur Marie-Edwige RASOAMAMPIONINA, religieuse originaire de Madagascar.

Derrière ce terme un peu « technique » se dissimule en fait une cérémonie au cours de laquelle, solennellement, une religieuse prononce des vœux perpétuels de chasteté, pauvreté et obéissance et s’engage à observer, « en suivant fidèlement l’Evangile », « la Règle de Vie des sœurs de Sainte Jeanne Delanoue ».
Ces vœux ont été prononcés, en présence de toutes les sœurs, de laïcs, de Religieux et Religieuses de différentes Congrégations, de membres de la Fraternité Jeanne DELANOUE et sœur Marie-Edwige a reçu une alliance destinée à lui rappeler sa Profession Solennelle et la présence « de Celui qui l’a choisie » .
La cérémonie et l’Eucharistie ont été animées et enrichies de « danses », de chants en langues : indonésienne, bambara, malgache... aux sonorités prenantes, dépaysante et émouvantes. L’ambiance recueillie mais aussi festive (il y a un sérieux qui n’est pas chrétien), a été signalée par toutes les personnes interrogées ; ces moments resteront dans les mémoires. Et comme toujours en Anjou, à l’issue de la Cérémonie, la fête s’est poursuivie par un « pot » qui a rassemblé tous les participants dans le cloître de la Maison-Mère

Sœur Marie-Edwige RASOAMAMPIONINA est née il y a 34 ans à AMBOSITRA Madagascar, importante ville aux maisons de pisé et briques rouges. Elle est entrée chez les sœurs de Jeanne Delanoue en 2012. Après trois années d’études elle a obtenu une licence d’institutrice. Elle exerce sa profession dans des écoles de « brousse » et en ville. Arrivée à la Maison-Mère de Saint Hilaire Saint Florent début octobre 2019, elle s’y est préparée pour prononcer ses vœux. Elle retournera à Madagascar reprendre ses fonctions d’enseignante fin aout 2020 –

Voilà la vie choisie par sœur Marie-Edwige, au sein d’une communauté du bout du monde … « la moisson à faire est grande mais il y a peu d’ouvriers pour cela (Luc 10.2) »